Temps forts
Des jumeaux interpellés pour la vente de masques Kamen Rider non-officiels

posté à par Ken Iikura-Gross
Préféreriez-vous lire cet article en anglais ? oui
Voulez-vous définitivement définir votre édition comme Français ? oui

Si l'ensemble des séries de la franchise Kamen Rider est adorée des fans, l'originale reste iconique – et pour cette raison, il n'est pas étonnant que les collectionneurs souhaitent se procurer des répliques du casque du héros. Malheureusement, peu de produits officiels sont disponibles – et face à ce problème, les fans ont trouvé une solution : la création de biens non-officiels. Et cette passion a coûté cher à des jumeaux.

3ef94a58-0c87-4265-817f-0ab1868c9c97
Image via www.kamen-rider-official.com

D'après le site du Daily Sports, Toei a contacté la police du département de Tsukiji le 22 mai suite à l'utilisation non autorisée de leurs droits d'auteur pour demander une action en justice. Le jour suivant, ce n'est pas un, mais deux suspects qui ont été interpellés.

D'après la NHK, les suspects sont Yoshikazu Nakatani et son jumeau Hisakazu, âgés de 65 ans. Ils auraient vendu pour plus de 10 millions de yens de casques Kamen Rider. La NHK a également souligné que les jumeaux vendaient également des répliques de masques Ultraman. Les frères ont reconnu avoir vendu ces objets sur des sites d'enchères, expliquant avoir « vendu plus de 100 masques pour couvrir leurs frais du quotidien ».

Si le site de la NHK inclut une vidéo, celle-ci n'est pas disponible sur leur chaîne YouTube. Toutefois, la chaîne de NTV a partagé une courte séquence à ce sujet :

Toei a partagé une déclaration concernant cette affaire le 23 mai, dont voici notre traduction :

Le 22 mai 2024, Toei Co., Ltd. a signalé que des individus avaient réalisé des reproductions non autorisées de masques grandeur nature de la franchise Kamen Rider, dont les droits lui appartiennent -ainsi qu'à Ishimori Productions), et les vendaient sur des sites d'enchères en ligne. Nous souhaitons vous informer que ces individus ont été arrêtés par le poste de police de Tsukiji, sous-motif de violation des droits d'auteur. Notre société prendra des mesures strictes contre de tels actes de violation des droits d'auteur (qu'ils soient criminels ou civils), continuera à renforcer la protection de tous nos droits d'auteur, Kamen Rider compris, et continuera à protéger les droits de nos utilisateurs, ainsi qu'à faire de notre mieux pour proposer des œuvres convaincantes.

Nous vous remercions de votre soutien continu.

Sources : site de Toei via le compte X de Toei PR, Kamen Rider Official, Daily Sports via Model Press, NHK, YouTube de NTV


en parler sur les forums |
mettre en favori/partager avec : short url

montrer la version originale [en] de cet article

Temps forts: page d'accueil / archives