Le guide des anime de l'été 2022
TEPPEN!!!!!!!!!!!!!!! Laughing 'til You Cry

Voulez-vous définitivement définir votre édition comme Français ? oui

Comment cotez vous l'épisode 1 de
Teppen—!!!!!!!!!!!!!!! Laughing 'til you Cry ?
Note de la communauté : 3.1



Qu'est-ce que c'est ?

Deux amies d'enfance rêvent d'être comédiennes et de monter un numéro comique.

 

Teppen—!!!!!!!!!!!!!!! Laughing 'til you Cry est diffusé sur Crunchyroll le samedi à 16 h.


Comment était le premier épisode ?

Guillaume Lasvigne
Note :

Ses participations à Gintama, School Rumble ou plus récemment Grand Blue semblent faire de Shinji Takamatsu, ici réalisateur, le metteur en scène idéal de Teppen—!!!!!!!!!!!!!!! Laughing 'til you Cry. Ces trois séries mettaient en effet en lumière une sensibilité évidente pour le rythme comique, indispensable à toute bonne vanne – visuelle ou non – qui se respecte. Et cela tombe bien puisque sa nouvelle réalisation structure son premier épisode comme le récit d'un one-man show, ou plutôt d'un three-women show dans le cas présent : l'histoire qui nous est narrée est le sujet d'un sketch joué par les trois protagonistes devant un public. Le début et à la fin se situent sur scène, tandis que l'on adopte le point de vue du récit raconté tout le long de l'épisode.

De par son postulat même, TEPPEN se doit donc de s'approprier, par l'image, cette obsession pour le rythme, cet intérêt pour la manière de raconter une histoire, nécessaires à l'efficacité d'un sketch. Hélas, ce premier épisode se prend les pieds dans le tapis de considérations narratives légitimes mais trop lourdes. L'intrigue principale se perd en digressions rendues obligatoires par la présentation des personnages. Problème, TEPPEN va suivre six trios de jeunes filles venues cohabiter dans une pension, afin de s'affronter sur scène devant un public. Soit dix-huit personnages féminins en partie abordés ici. Chacun appréciera ou non leur personnalité, qu'elles soient fascinées par les aliens ou par les us de la haute bourgeoisie. En l'état, elles alourdissent inutilement une histoire déjà peu convaincante, notamment par des allers et retours narratifs qui nuisent à la fluidité comique de l'ensemble.

Et au-delà de cette tendance habituelle de l'animation japonaise à expliquer les blagues (ce qui reste, on le rappelle, le meilleur moyen pour annihiler tout humour), la partie purement visuelle de la série ne relève pas le niveau. Entre des plans clairement sous-traités, une introduction à base de still-frames ou de nombreux gros plans faisant office de cache-misère, cette production du studio Drive (KONOSUBA) se situe dans la moyenne basse de l'industrie.

Pour autant, on peut éventuellement, sur un malentendu ou par pur plaisir masochiste, laisser le bénéfice du doute à TEPPEN. D'abord parce qu'en ayant déjà abordé une bonne partie des personnages, on peut imaginer que la suite bénéficiera d'un meilleur équilibre. Ensuite, parce que de rares trouvailles (le château construit à côté de la pension) ou personnages (le gardien bodybuilder Seiji, autoproclamé beau gosse et doté d'un séduisant tablier pingouin) semblent dire que la série en a peut-être sous le pied. Enfin, parce que ses quelques tentatives de mélanger l'absurde à un traitement premier degré (l'enquête sur la tête du trophée) ont un certain potentiel.

Bref, espérons que les équipes à l'origine de TEPPEN aient bénéficié de meilleures circonstances pour que ces simples promesses soient réalisables. Pour l'instant, le « top of the laugh » de l'opening n'est clairement pas d'actualité.


Damien Hilaire
Note :

TEPPEN!!!!!!!!!!!!!!! est l'adaptation de Teppen—!!!!!!!!!!!!!!!, un manga inspiré d'un trio de seiyû qui fait des vidéos sur Youtube et non, ça n'est pas une vanne. Écrit par Inujun et illustré par Namamugi, on y suit l'histoire de trois lycéennes fans de comédie qui vont essayer de devenir des reusta du stand-up en trio. On est pas sur du manzai ni sur du rakugo, mais bien un hybride façon one-man show. Mais est-ce que le trio est aussi caustique que Les Inconnus et est-ce que ça fait un bon anime ?
Pour le savoir, il faut se pencher sur une spécificité de cette adaptation qui rajoute des points d'exclamation pour une bonne raison puisque le trio principal se retrouve en concurrence dans un concours d'humoristes avec quatre autres trios, ce qui ramène le nombre de personnage à 15 plus un manager/tenancier d'auberge de jeunesse culturiste (c'est le point bara habituel des productions de Takamatsu). Car oui, cette série est dirigée par Shinji Takamatsu, habitué de la gaudriole qui n'a pas que des chefs d'œuvre à son actif et que la plupart des gens connaissent pour son travail sur Gintama avec un humour entre références perchées, blagues pipi-caca et sous-entendus vaseux. Il est donc tout désigné pour réaliser la série. Seulement ce n'est pas lui le réalisateur de la série. Il dirige de loin et laisse cette place à un nom qui va faire trembler ceux qui se souviennent de Tokyo Ghoul:re : Toshinori Watanabe. Évidemment, il sera canalisé par Takamatsu et la production n'est pas entre les mains du Pierrot des années 2000 mais du studio Drive, bientôt aux manettes du spin-off de KONOSUBA, de sa saison 3, de To Your Eternity saison 2 et du très attendu Uzumaki, adaptation future du manga de Junji Itô. Pour l'instant c'est un studio qui a peu fait d'émule, il était néanmoins derrière le projet Vladlove de Mamoru Oshii, relativement passé à la trappe dans les mémoires. L'écriture est confiée à Jun Kumagai, récemment vu sur l'adaptation remarqué de Le Rakugo ou la vie et dont on oubliera qu'il a écrit Hamatora et Persona 4 Golden car ce ne sont pas des souvenirs agréables !

Ce premier épisode est donc un immense sketch de 20 minutes racontés par le trio de tête de la pension d'un ancien culturiste aux multiples trophées. L'intrigue tourne autour d'une enquête pour découvrir la vérité sur qui a cassé sa récompense la plus précieuse, fièrement posée sur l'étagère. L'occasion de multiples flash-back et retours en arrière façon jeu de piste mêlé à du pseudo whodunit permettant d'introduire la quinzaine de personnages tous bien caricaturaux avec en gros le trio principal, les bourges, les bizarres, les bouseuses et… les ninjas ? Pas encore bien caractérisé, ce dernier groupe mais au nom ça semble être ça. Ce sont douze persos inventés pour l'occasion donc qu'il va falloir réussir à développer et à rendre intéressants ce qui sur ce premier épisode n'est pas forcément gagné car cette longue introduction et sa conclusion fait à peine sourire, pour une série comique c'est pas ouf, sur la technique rien de fou non plus mais au moins c'est pas Lucifer and the Biscuit Hammer (nous en reparlerons).
À voir mais moyennement convaincu pour l'heure.


en parler sur les forums |
mettre en favori/partager avec : short url

cet article a été modifié depuis qu'il a été originalement posté; voir l'historique des changements.

retour à Le guide des anime de l'été 2022
La saison en avant-première: page d'accueil / archives