Le guide des anime du printemps 2022
Shin Ikki Tousen

Voulez-vous définitivement définir votre édition comme Français ? oui

Comment cotez vous l'épisode 1 de
Shin Ikki Tousen (OAV) ?
Note de la communauté : 3.5



Qu'est-ce que c'est ?

Des lycéennes s'affrontent grâce à un “magatama”, une pierre renfermant l'âme d'un guerrier chinois de la fin de la Dynastie de Han.

Shin Ikki Tousen est diffusé sur Crunchyroll le mardi à 23 h 30.


Comment était le premier épisode ?

Joan Lainé
Note :

À l'instar d'Enfer et paradis d'Oh! great, Ikki Tousen est un manga culte mélangeant arts martiaux et fan service. Populaire auprès d'un public fidèle, souvent considéré comme otaku, comme en témoigne le nombre de figurines et autres goodies à l'effigie de la série, Ikki Tousen a marqué son époque. Le manga de Yuji Shiozaki a débuté en 2000 et s'est achevé après 24 tomes. Le succès est tel que le manga a été adapté en sept séries différentes entre 2003 et 2019. Yuji Shiozaki a donné une suite à son manga Ikki Tousen à partir de 2015, bien nommée Shin Ikki Tousen. Une série conclue en l'espace de seulement 4 volumes. Aujourd'hui, c'est au tour de ce manga d'être adapté dans un anime de 3 épisodes.

Shin Ikki Tousen débarque donc sur Crunchyroll, avec une mention précisant qu'il s'agit d'une série réservée à un public averti puisqu'elle contient du sang et de la nudité. On retrouve à la réalisation Rion Kujo, qui avait déjà dirigé Ikki Tousen: Shûgaku Tôshi Keppû-roku, au sein du studio Arms. Le scénariste n'est autre que Masaya Honda, qui occupait déjà ce poste sur Ikki Tousen: Western Wolves et qui a travaillé sur Ikki Tousen: Xtreme Xecutor. Enfin, parmi les figures mythiques de la licence Ikki Tousen, on retrouve Rin-Sin au design des personnages, accompagné de Tsutomu Miyazawa, et Yasuharu Takanashi à la bande-son.

Dans Shin Ikki Tousen nous suivons Sonken, la petite sœur de Sonsaku, qui débarque à l'académie Nanyou alors que cette dernière est absente. Le premier épisode fait donc le choix de se passer de son héroïne emblématique, offrant ainsi un nouveau départ à la série, pouvant être suivie par un nouveau public. Le spectateur découvre donc le monde d'Ikki Tousen en même temps que Sonken, un univers fait de baston et de petites culottes, mais surtout basé sur le livre Histoire des Trois Royaumes de Luo Guanzhong. On redécouvre également les principes de base de l'univers de la série, comme le fameux magatama qui révèle l'âme et la force des combattants.

Néanmoins, autant pour le néophyte que pour le fan ayant suivi toutes les aventures d'Ikki Tousen, c'est dur de se mettre dans le bain. En effet, tout va bien trop vite, le lycée est d'un coup attaqué de toutes parts par des combattantes voulant dérober un sabre mythique et les massacres s'enchaînent sans que le scénario ne prenne vraiment le temps d'être posé. Là où le néophyte sera vraiment perdu, c'est surtout dans les présentations des personnages, qui sont souvent inexistantes, quand elles ne sont pas juste des gros clins d'œil aux fans de la première heure. Il manque des enjeux clairs pour que la série soit réellement intéressante pour tout le monde. Cependant, Shin Ikki Tousen puise dans ce qui a fait le succès de la saga précédente, à savoir des combats cathartiques, un zeste d'érotisme, des personnages charismatiques et il ne faut pas trop en demander plus. On est servi de ce côté dès le premier épisode, mais on en espère tout de même davantage pour la suite de la série.


Damien Hilaire
Note :

Interminable ! Ikki Tousen est une saga qui n'en finit plus. Shin Ikki Tousen dont nous parlons ici est l'adaptation d'un nouveau manga qui prend pour héroïne la sœur de la série principale. Toujours adapté par Arms le studio du fan service olé-olé bien dégoulinant, la série ne fera que trois épisodes et risque d'en larguer plus d'un si vous n'avez jamais touché à la saga avant car rien ne vous sera réexpliqué.
Il faut dire qu'il faut être motivé pour se regarder le reste car Ikki Tousen c'est une série ecchi-baston tout droit sortie des années 2000 où des lycéennes en mini-jupes, réincarnations de généraux chinois de l'époque des trois royaumes, se tabassent jusqu'à la mort avec moult plans culotte, chemisiers déchirés laissant apparaître les poitrines opulentes et j'en passe, sans parler du fétiche étrange de l'auteur pour les personnages qui se pissent dessus.

À la production, donc, le studio Arms et à la réalisation Rion Kujo qui avait réalisé d'autres OVA de la série précédemment, a déjà adapté du light novel moisi pour ado libidineux mais qu'on connaît également pour s-CRY-ed. L'écriture est confiée à Masaya Honda qui a également déjà bossé sur OVA Ikki Tousen mais encore différent, et à la musique nous retrouvons Yasuharu Takanashi le compositeur historique de la licence, plus connu pour la bande-son de Fairy Tail ou Naruto Shippūden.

L'histoire est celle de Sonken, la petite sœur de Saku, qui entre à son tour à l'académie Nan'yô. Comme elle, elle va se retrouver à affronter des maîtres d'art martiaux de tout le Japon sauf qu'à sa différence, elle n'a pas encore la force de les affronter réellement, à moins que le dragon dont elle a hérité ne la submerge. C'est d'ailleurs en prévision de ce jour qu'elle se retrouve dès ce premier jour catapultée cheffe de l'établissement, référente quand il s'agira d'aller faire la bagarre avec l'école rivalen une position qu'elle a du mal à assumer, encore plus lorsqu'une intruse commence à décimer ses effectifs en sabrant à tout va à travers l'école, à la recherche du sabre conférant autorité en ces lieux.
En l'absence de sa sœur et devant son incapacité à l'affronter, elle laisse faire ses sous-fifres et s'enfuit, katana à la main à travers les couloirs en espérant qu'elles arriveront à la stopper. Mais évidemment ça ne se passera pas comme ça et la suite montrera qu'elle était finalement toute désignée pour protéger l'épée.

Bon déjà évacuons l'évidence, le taux de fan service est assez élevé, on retrouve vraiment l'esprit de ces productions glaireuses des années 2000 dans cette série. Néanmoins il faut reconnaître que cela a été réalisé avec soin ! Sur le plan technique c'est extrêmement propre, l'animation est assez jolie de même que le trait qui se rapproche de l'auteur du manga. Alors pourquoi une aussi mauvaise note ? Parce que c'est quand même super gênant à regarder en plus d'être incompréhensible, ça atteint des niveaux ridicules et de grotesque rares, un pur produit de son époque. Qui aurait dû y rester.


en parler sur les forums |
mettre en favori/partager avec : short url

cet article a été modifié depuis qu'il a été originalement posté; voir l'historique des changements.

retour à Le guide des anime du printemps 2022
La saison en avant-première: page d'accueil / archives